Financer les conséquences d'un divorce

Les difficultés financières induites par le divorce, résolues par le Rachat de Crédits

La séparation entraine de nombreuses conséquences néfastes dans la vie des 2 ex-époux, elle affecte surtout leur situation budgétaire.

Le couple doit partager les biens communs, il doit prévoir le remboursement des prêts contractés durant le mariage. Il doit prendre en compte les dépenses liées à la procédure de divorce (honoraires de l’avocat, frais de notaire, déménagement, location d’un nouveau logement, achat de mobilier, etc…)

S’ils ont souscrit plusieurs crédits (immobilier, voitures, etc…), alors que chacun d’eux se retrouve alors avec uniquement son propre revenu, leurs niveaux de vie respectifs baissent, si bien que l’on arrive fatalement à une situation de surendettement.

A ceci s’ajoutent, les pensions alimentaires pour les enfants, et/ou la prestation compensatoire pour l’épouse, qui peuvent diminuer implacablement le Reste à Vivre.

Ces baisses de revenus, conduisent à une impossibilité à payer certaines échéances, d’où d’éventuels contentieux avec les banques ou établissements de crédits.

Pour que ces échéances s’adaptent au nouveau revenu, il est INDISPENSABLE d’envisager un regroupement AVANT LE PASSAGE EN RETRAITE

Comme cette année ne verra pas encore la fin de la crise, pour tous ceux qui sont dans cette situation, ou qui la pressentent, c’est le moment d’envisager un rachat de crédits afin d’assainir leur budget mensuel

Mr , Médecin Spécialiste

Propriétaire en indivision

avec un revenu mensuel de 34 870 € débourse mensuellement 6 149 € pour 2 prêt Immobiliers et 4 prêt voiture + une pension alimentaire de 1 800 € pour ses 3 enfants, soit 23 % de taux d’endettement.Cependant, son train de vie est démesuré.

01

PROBLÈMES
A RÉSOUDRE

En cours de divorce, son épouse lui réclame

  • une soulte de 301 000 €
  • et une prestation compensatoire de 81 800 € à son ex-épouse

Il a, en outre, des découverts autorisés qui s’élèvent à 26 000 € sur ses différents comptes bancaires.

Avec déjà 23 % d’endettement, sa situation financière ne lui permettait pas d’obtenir un nouveau prêt supplémentaire pour régler son divorce…

02

NOTRE
INTERVENTION

Un prêt de 732 000 € sur 18 ans, regroupant l’ensemble de ses dettes et incluant la trésorerie pour le divorce, lui a permis de

  • payer ce qu’il devait à son épouse,
  • rembourser toutes ses dettes,
  • d’être désormais le seul Propriétaire du bien immobilier
  • régler tous les frais inhérents à l’opération,
  • pour une mensualité de 2 070 €, un gain de 4 079 €/mois et un taux d’endettement qui a été ramené à 11 %.

Voilà un bel exemple de ce que nous pouvons faire pour sauver un patrimoine immobilier !